Conférence organisée par l'Association une Bibliothèque pour la Psychanalyse

le 24 mai 2014 de 14h30 à 16h30

Geneviève Haag interviendra sur le thème

Aperçu sur la construction de notre "image du corps" et ses difficultés, notamment dans l'autisme

RÉSUMÉ. Le va-et-vient entre les approfondissements du premier développement, notamment grâce aux observations naturalistes exercées dans la méthode d'Esther Bick – et la clinique psychanalytique des états autistiques – nous ont permis progressivement de préciser cette construction. Elle se fait à partir des sensorialités, incluant les sensibilités profondes à l'origine de l'établissement de la conscience de soi – rassemblées et organisées dans les toute premières relations émotionnelles et pulsionnelles avec la psyché transformatrice des objets d'amour. Un premier niveau de représentation interne, dans l'en deçà de l'image spéculaire mise en valeur par Jacques Lacan semble bien se constituer dans le premier miroir des dialogues tonicoémotionnels, vocaliques, des échanges du regard et des imitations de type précoce : formes plastiques, rythmiques et géométriques, requérant les images motrices de ces premiers échanges, et sous-tendant les sécurités de base de notre "mise en corps", image du corps préspéculaire. Cette construction ne se fait donc que dans les relations les plus précoces, à cheval sur la vie intra-utérine et est troublé au maximum dans l'autisme, les causalités de ce trouble étant multifactorielles entre des prédispositions génétiques en pleine recherche et les difficultés environnementales, précédant le - ou succédant en cercle vicieux au repérage souvent très précoce des difficultés du bébé à soutenir l'entrée en relation. Les troubles se retrouvent à des degrés divers dans d'autres psychopathologies de causalités différentes, notamment les TCA et les conduites addictives qui s'accompagnent en règle de plus ou moins grands mal-être corporels.

Auditorium de la Bibliothèque Municipale Centrale

2 bis avenue André Malraux 37000 Tours

entrée libre (dans la limite des places disponibles)

www.unebpp.fr